1er dimanche de l’Avent

“Veillez donc, car vous ne savez pas quel jour votre Seigneur vient.” (Matthieu 21.12)

L'offrande des bergers

par Georges Bernès | Noël à la flûte de pan

Quel Messie attendons-nous ?

C’est sans doute avec beaucoup d’enthousiasme que nous entonnons aujourd’hui le traditionnel «Venez divin Messie ». Mais au fait qui est-il ce «divin Messie » pour nous qui célébrons ce premier dimanche de l’Avent ?

La réponse paraît toute simple: «C’est Jésus de Nazareth ! » Bien sûr, mais la question n’est pas réglée pour autant, puisqu’il reste encore à savoir ce que nous mettons derrière le mot «Messie », traduction française du mot grec Christos. Nous serions sans doute étonnés de voir la variété de représentations que chacun et chacune peut s’en faire encore aujourd’hui dans notre assemblée et dans notre communauté.

Déjà au temps de Jésus les attentes d’un Messie étaient extrêmement diverses: on attendait un nouveau Moïse, un nouvel Élie, un restaurateur de la royauté de David, un Emmanuel, un messager de bonne nouvelle, un conquérant, un Serviteur humble et compatissant, un justicier, et que sais-je encore ? En ce premier dimanche de l’Avent, il vaudrait sans doute la peine de nous arrêter et de réfléchir à ces questions: en quoi Jésus est-il Messie pour moi? en quoi peut-il être Messie pour le monde d’aujourd’hui ?

Prière

Christ est Sagesse, Christ est Parole.

Dans un monde où priment savoir et technique, dans un monde d’information instantanée et continue, nous peinons toujours à  trouver une parole qui inspire et une sagesse qui éclaire nos vies.

Ô Sagesse de la bouche du Très-Haut, ô  Parole de feu et de lumière, réchauffe nos cœurs, éclaire nos pas.

Que la sagesse de ton Évangile soit notre joie, qu’elle soit pour nous chemin de bonheur.

 Christ est libre, Christ nous veut libres. Nous sommes captifs de nos peurs et de nos préjugés.  

O Adonaï, Chef de ton peuple Israël, ô  Pasteur de ton Église, délivre-nous de toute contrainte et de toute servitude et fais de nous, partout et toujours, des semeurs et des artisans de liberté.

2ème dimanche de l’Avent

“Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche.” (Matthieu 3.2)

Ça ne change rien et ça change tout !

         «De la belle visite!» s’exclamait ma grand-mère quand nous arrivions chez elle. La Bible emploie cette image pour parler des passages de Dieu dans nos vies. Bien sûr, le Seigneur est toujours présent à son peuple. Mais parfois, il intervient de manière spéciale, parfois, sa présence se fait plus intense. C’est ce que la Bible appelle les visites de Dieu.

         «En ces jours-là parait Jean le Baptiste» nous dit Matthieu dans l’Évangile d’aujourd’hui. Luc, de son côté, décrira sa venue comme une visite de Dieu (Luc 1, 68), préparant une autre visite, encore plus grandiose, celle du Christ. Dimanche passée, nous avons évoqué la dernière «visite» du Christ à la fin des temps. Ainsi, toute l’histoire sainte est ponctuée des visites de Dieu. Aujourd’hui, dans nos vies, comment Dieu nous visite-t-il? Comment pouvons-nous percevoir ses passages? La Parole de Dieu nous éclairera là-dessus au cours de la semaine à venir.

Prière

         Christ n’est pas apparu dans notre monde comme un arbre géant qui domine, mais comme un humble rejeton, un fragile bébé. Mais de lui germera un monde nouveau, de lui sortira un arbre de vie et de guérison.

 Ô Rejeton de Jessé, père de David, tu es bien enraciné dans notre terre, tu es bien planté dans toute notre histoire.

Viens et prends racine au plus profond de mon être pour y croître et porter fruit. Et qu’ainsi toute mon existence soit remplie de ta fécondité.

 

3ème dimanche de l’Avent

“Les aveugles retrouvent la vue.” (Matthieu 11.5)

… Éprouver une certaine impatience

         Dans la fable «Le lion et le rat », La Fontaine conclut que «»patience et longueur de temps font plus que force ni que rage ». Il y a là une grande sagesse, quoique paradoxale. Il semble que saint Jacques aurait été d’accord avec l’auteur des Fables, alors qu’il nous propose aujourd’hui des modèles de patience. Un petit doute persiste cependant. En fait de patience, on peut s’étonner que Jacques puisse nous proposer… les prophètes !

         Les prophètes sont tous des gens impatients. Qui songerait à parler d’un Élie, d’un Amos, d’un Isaïe, d’un Jérémie, d’un Sophonie, ou d’un Jean-Baptiste comme modèles de patience? Ce sont tous des gens qui n’ont pas eu peur d’élever la voix pour secouer non seulement leur peuple mais aussi leur Dieu. Ils sont impatients de voir le peuple se mettre résolument à l’heure de la justice et de la compassion et de voir Dieu tenir ses promesses. Heureux donc ces impatients qui, comme Jean-Baptiste, n’attendent rien de moins que l’avènement du Royaume ! Puisse notre Église se mettre à l’écoute de ces impatients d’aujourd’hui, hommes et femmes, qui travaillent corps et âme à la construction de ce Royaume.

Prière

Christ est Soleil de justice, Christ est flamme ardente.

Dans un monde où puissance et richesse font office de loi, ô Orient, Soleil levant, viens rétablir justice et droit.

Viens redonner espoir aux plus pauvres, victimes d’injustice et souvent dépourvus de tout recours.

Redonne courage et zèle à ton Église. Qu’elle joigne sa voix et ses ressources à celles de tous ces hommes  et de toutes ces femmes de bonne volonté qui œuvrent  partout dans le monde pour que règnent enfin la justice et le partage équitable des biens et des richesses.

Christ est Roi de l’Univers, Christ est Seigneur. Mais de douceur et d’amour qui rend libre.

Ô Roi, Désiré des nations, commencement et fin de toutes choses, Toi, Pierre angulaire d’un monde nouveau et prémices d’une humanité nouvelle, sans haine ni violence ni divisions, viens, Seigneur Jésus. Viens sans tarder, ô Toi, le Messie objet et fondement de nos plus vives espérances.

En passant par le centre d’achat…

Oups! Un autre cadeau à acheter! Mais finalement, le vrai cadeau à offrir pendant les Fêtes, c’est ce qui coûte le moins cher: un beau sourire devant une remarque «plate», un peu de patience dans les files d’attente, un geste d’accueil, une visite dont je n’ai pas le goût…

4ème dimanche de l’Avent

“Dieu avec nous.” (Matthieu 1.23)

Deux hommes, un signe…

         À quelques jours de Noël, la liturgie nous fait rencontrer deux hommes fort différents. L’un est roi, un roi qui tremble devant ses ennemis, qui est prêt à tout faire, même adorer les idoles païennes pour sauver sa couronne. L’autre est un simple menuisier qui veut vivre toute sa vie sous le regard et la mouvance Dieu. À ces deux hommes, un signe semblable est envoyé: «La jeune femme (ou la vierge) concevra et mettra au monde un fils.» C’est ainsi que Dieu répond à la peur de l’un et au trouble de l’autre. Joseph le menuisier accueillera l’enfant et sa mère comme un don de Dieu. Quant au roi qui ne comptait que sur lui-même, il mourra dans sa peur…

         Maurice Bellet a écrit un très beau livre intitulé La peur ou la foi. Voilà bien définis je crois les deux pôles qui attirent l’âme en direction contraire. D’une part, la peur d’être seul, la peur de manquer son coup, la peur d’être exploité, la peur de souffrir, la peur de mourir. Et, d’autre part, la foi, toute simple, toute nue, toute entière. Et si puissante.

 Prière

Christ est l’Emmanuel, mot hébreux qui signifie «Dieu avec nous». Ses gestes et ses paroles, son intelligence, sa volonté, son affectivité: tout en lui est «plein de Dieu». À travers lui, Dieu nous rejoint, nous touche, nous parle, nous guérit. Il est le sacrement de Dieu: en lui, la chair humaine devient la chair de Dieu, l’histoire humaine devient l’histoire de Dieu.

 Ô Emmanuel, Dieu-avec-nous, Dieu dans nos nuits et nos jours, Dieu dans nos morts et nos renaissances, Dieu dans nos ombres et nos lumières.

Dieu fidèle. Dieu compagnon.Nous ne serons jamais plus seuls.

En passant par l’église…

je suis entré, curieux. L’équipe de liturgie y montait la crèche. Je me suis dit: «Ce n’est pas qu’une décoration, c’est pour le vrai: Jésus vient naître chez-moi, dans ma maison, si modeste soit-elle, dans ma famille, si perturbée soit-elle, dans mon existence, si banale soit-elle…

Veni Domine

par Les petits chanteurs de Saint Marc | Les petits chanteurs chantent Noël