“Venez à moi”

1ère lecture : Isaïe 55, 10-11

” Ma parole [ … ] ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission.”

Ainsi parle le Seigneur : « Exulte de toutes tes forces, fille de Sion !
Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem !
Voici ton roi qui vient à toi : il est juste et victorieux, pauvre et monté sur un âne, un ânon, le petit d’une ânesse.

Ce roi fera disparaître d’Éphraïm les chars de guerre, et de Jérusalem les chevaux de combat ; il brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations.
Sa domination s’étendra d’une mer à l’autre,
et de l’Euphrate à l’autre bout du pays. »

Psaume 64

” Au désert, les pâturages ruissellent, les collines débordent d’allégresse. […] Tout exulte et chante.”

2ème lecture : Romains 8,9.11-13

“Si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, [ … ] donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous…”

Frères,
    vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous celle de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous.
Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.
    Mais si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus, le Christ, d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.
    Ainsi donc, frères, nous avons une dette, mais elle n’est pas envers la chair pour devoir vivre selon la chair.
    Car si vous vivez selon la chair, vous allez mourir ; mais si, par l’Esprit, vous tuez les agissements de l’homme pécheur, vous vivrez.

Évangile : Matthieu 11, 25-30

” Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur [ … ]. Oui mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger.”

En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler.

Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »

Méditation

Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance. La contemplation de Jésus pour son Père est donnée à ceux qui le reçoivent ! Marie, qui a reçu Jésus au plus intime de sa vie, exulte de joie. Cette joie se veut communicative : « Qui est ma mère, qui sont mes frères ? » Ce sont ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent. Par Jésus, Marie est entrée dans le mystère du bonheur d’être la fille bien aimée du Père ! Elle est entrée dans le mystère de la filiation de Jésus ! Elle pourra devenir la mère du Sauveur, elle lui sera associée. Jésus traverse de grandes luttes face à ceux qui ne veulent pas le reconnaître. Cependant, il bénit son Père, profondément heureux d’être le fils du Père éternel : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange. »

Tout m’a été remis par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler.” Fils du Père, Jésus reçoit tout de Lui, Il est totale capacité de réception du mystère du Père. Ce bonheur de Jésus, sa contemplation, retentit dans le cœur de celui qui l’accueille. Marie, la première qui accueille ce mystère, entre dans l’humilité de Dieu. « Le Père est plus grand que moi, » dira Jésus. Le Fils ne peut rien faire sans le Père, et il dit : « Tout m’a été confié par mon Père. » Le mystère du fils égal au Père est donné à Marie et par elle il sera donné à l’humanité. « Tout ce qui est à toi, Père, est à moi, » dira Jésus. L’humanité est entrée dans ce lien d’Amour du Père et du Fils ! Il y a entre le Fils éternel et le Père un mystère insondable, le mystère du plus grand amour. C’est le mystère de Dieu : « Dieu est Amour. » Dans un surcroît d’amour, Jésus nous fait entrer dans son mystère de Fils de Dieu.

«  « Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. » Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. » Marie est entrée dans le mystère de la filiation divine, elle entre dans la connaissance mystérieuse du Père et du Fils. Elle est la seule mère qui ait choisi son fils avant de le porter dans son sein. A l’Annonciation, elle reçoit le Verbe éternel du Père et le conçoit comme son fils. Le seul “enfant” qui ait choisi sa mère est le Fils éternel du Père. Jésus est le tout-petit qui a revêtu notre humanité. Nous n’avons pas choisi notre mère mais nous pouvons la choisir après notre naissance. Ici nous sommes introduits dans le mystère de Dieu : « Père, je te bénis, je proclame ta louange ! » Grâce à Marie, nous avons accès à ce mystère comme des tout petits. Grâce à la maternité divine de Marie, nous sommes devenus, par la Passion et la Résurrection de Jésus, “enfants de Dieu.” La joie de Jésus d’être le Fils du Père est désormais notre joie, celle d’être “enfant” de ce Père.

P. Gilbert Adam